21 janvier 2007

Le serpent

serpentLe serpent:
Noir c'est noir, il n'y a plus d'espoir.

    Vincent Mandel photographie de jeunes filles en sous-vêtements, et il ose appeler ça du travail. Il se bat avec sa femme d'avec qui il se sépare, pour savoir qui sera le grand gagnant qui remportera le trophée tant désiré, la garde des enfants. Il pourrait dire que sa vie est compliquée, mais... Joseph Plender, un détective privé, va se faire un plaisir de lui montrer comment sa vie peut se compliquer encore plus. Et un coup monté à base de liaison agrémenté de plainte pour viol, ce n'est qu'un aperçu.

    Du bon, très bon film noir, très noir. Des personnages sombres, à qui il arrive des choses pas très nettes. Yvan Attal fait très bien le mec au bout du rouleau qui se laisse submerger par un vaste sentiment de désespoir. Sur son visage, 2 expressions distinctes se lisent: "Qu'est-ce qui m'arrive?" et "Pourquoi moi?" Je crois qu'il ne les prononce pas ces paroles, mais on y pense pour lui en le voyant et en étant révolté. Sa femme veut partir en Allemagne avec ses enfants, c'est dégueulasse, et une autre arrive, le séduit, l'embrasse, le griffe, et porte plainte pour viol. Y'a de quoi péter un câble. Lui, reste amorphe, sonné par les chocs qui reviennent après chaque coup.
    Ensuite, il y a Clovis Cornillac, superbe, égal à lui-même, qui a une tronche qui tient du Teddy Bear avec des yeux à la Freddy Kruger. Il a l'air gentil, mais il fait un peu peur quand même. Genre, Clovis, un ami qui vous veut tout sauf du bien. Il y a aussi notre ami le grand blond (plus si blond d'ailleurs), avec sa chaussure noire, sa chance l'a un peu laissé tombé dans ce film où il ne sourit pas, et ne donne pas envie de sourire.

    Laissez-vous guider dans cette histoire qui hérisse d'indignement, et fait votre rangée sursauter. Mais attention, parce que si la rangée de devant sursaute aussi, vos genoux n'apprécieraient peut-être pas trop le spectacle et en voudraient à vos yeux de se régaler. Et la vengeance risque d'être terrible. Parce que s'il est impossible à votre coude d'embrasser votre nez, votre genoux, lui, peut se repaitre allègrement des vos organes oculaires. Où est le rapport? Je sais pas moi...

Posté par Snake11 à 17:27 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


Commentaires sur Le serpent

    Ah oui !

    En voilà un excellent film ! En fait, c'est un excellent thriller comme savent en faire les amerloques, mais avec la French Touch en plus : la pudeur (et Pierre Richard)...

    Posté par Snoow, 21 janvier 2007 à 17:43 | | Répondre
  • Humhum...

    Bon alors, tu vas plus au ciné ou quoi ?

    Posté par Snoow, 07 février 2007 à 16:28 | | Répondre
  • Pas mis les 2 derniers... Je vais faire des efforts

    Posté par stephen, 07 février 2007 à 19:01 | | Répondre
Nouveau commentaire